Skip to main content

Skip to main navigation

Participez à la conversation
Partager
Texte: Petit / Large

Point de vue: Laurie Larson, président de l'ACIC, s'exprime sur la récente CBC couverture de nouvelles de TV

Laurie Larson, President of CACL 2012 

Laurie Larson, président de l'ACIC, s'exprime sur la récente couverture de nouvelles de télévision de la SRC sur la situation de crise qui existe pour soutenir les familles de leurs fils et filles handicapées mentales adultes.

 

Laurie est une mère de deux jeunes hommes handicapés, aussi bien dans leur 20s, qui vivent et sont pris en charge dans leur maison familiale.

Les deux dernières soirées CBC The National a présenté des histoires par Ioanna Roumeliotis quant à la situation que le vieillissement font face les familles à prendre soin de leurs fils et filles adultes ayant une déficience intellectuelle. Le premier segment peut être trouvé ici, et la seconde ici.

Ces histoires sont concentrés sur deux familles, mais sont représentatifs des situations que des milliers de familles se retrouvent dans l'ensemble du pays. Ces histoires ne sont ni nouveaux ni sont-ils que l'on trouve seulement en Ontario. Il ya une crise de plus en plus à l'échelle nationale que les gouvernements ne parviennent pas à intervenir et fournir des options adéquates, adaptées et individualisées pour les adultes ayant une déficience intellectuelle. Avec notre population vieillissante cette situation va empirer avant de s'améliorer.

Comme les familles, nous sommes victimes de ce qui semble être une stratégie de déni collectif. Les familles de situations actuelles se trouvent confrontés et les décisions qu'ils sont obligés de faire ne sera pas une surprise pour ceux qui nous gouvernent. Pendant de nombreuses années les parents et les organisations qui défendent les droits des personnes ayant une déficience intellectuelle et leurs familles, ont été parler aux gouvernements à ce sujet. Les gouvernements n'ont pas à répondre de manière adéquate à cette crise et ont placé la responsabilité des soins aux personnes ayant une déficience intellectuelle sur les épaules des familles dans une certaine mesure au-delà de ce qui peut être raisonnablement attendu. Nous devons établir un nouveau contrat social avec les familles, vit dans la balance. En effet, l'amour que les familles se sentent pour leurs fils et leurs filles est exploitée. Pour réduire les dépenses, les gouvernements comptent sur nous pour continuer à fournir un soutien aussi longtemps que nous le pouvons. Supports et services sont chroniquement sous-financées, et ce financement est accordé va souvent dans un modèle dépassé de gouvernements de soutien, les collectivités et la société dans son ensemble, ont échoué, pour la plupart, à embrasser l'innovation et les connaissances actuelles sur la meilleure façon de permettre aux individus de vivre compris avec de vraies options et de choix.

Cette stratégie de dénégation n'a pas fonctionné pour les familles et plus certainement n'a pas fonctionné pour les personnes ayant une déficience intellectuelle.

Il ya de nombreux exemples dans ce pays des personnes ayant une déficience intellectuelle, y compris ceux avec des handicaps importants, conduisant bonnes, efficace et inclusive vie. Ils sont pris en charge à vivre dans des maisons de leur propre chef, ils ont de vrais emplois pour des salaires réels, ils sont actifs et impliqués et contribuer à leur collectivité. Ils ont des relations et des amitiés et beaucoup tombent amoureux et se marient. Une bonne durée de vie est en effet possible! La réalité est que ces exemples ne sont que trop rares. Pour faire en sorte que plus de gens connaissent ce niveau de réussite et d'intégration et sont capables de vivre leur propre vie en dehors de leurs maisons familiales exige un engagement de la part du gouvernement de faire les choses différemment - pour financer différemment. Elle exige également un engagement de la part de nos communautés pour éliminer les barrières artificielles qui ont été créés, afin de trouver des moyens de soutenir et accueillir toute la diversité qui existe au sein de notre société. Et il nécessite un engagement de la part des prestataires de services à sortir des sentiers battus et de fournir non seulement, mais aussi plaider pour, supports innovants et personnalisés aux personnes ayant une déficience intellectuelle. Il ya certainement assez de travail pour tout le monde à droit à la situation actuelle.

À l'heure actuelle au Canada, plus de 80% des adultes handicapés qui ont besoin de soutien, il aurait fournis par les membres de la famille. *

Les familles à travers le pays sont en crise. Leurs fils et leurs filles se voient refuser les possibilités et au soutien de vivre et de s'épanouir dans leurs communautés. Notre pays vieillit et avec ce changement démographique, il y aura également une augmentation des besoins à satisfaire et non seulement pour ceux qui ont une déficience intellectuelle. Nous sommes également dans une période de mesures d'austérité. Les personnes ayant une déficience intellectuelle et leurs familles ont toujours été vulnérables. Ils le sont encore plus maintenant.

Le temps est venu, en fait depuis longtemps, pour faire face aux réalités que les personnes ayant une déficience intellectuelle et leur famille sont confrontés. Le Canada a récemment ratifié la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées. Il est temps que notre pays a vécu jusqu'à son engagement envers eux.

Il est bon que cette question est portée à l'attention du public canadien. Il est regrettable cependant qu'il faut présenter des histoires dans cette lumière, des histoires qui se concentrent autant sur le négatif, pour obtenir l'attention des gens. Il ya un réel danger dans la façon dont ces histoires sont présentées si les gens supposent que c'est le résultat nécessaire ou seulement. Souvent, l'indignation qui est généré par de telles histoires conduisent à des réponses très inappropriées au problème. Nous devons toujours être extrêmement prudent dans notre plaidoyer que nous traitons les personnes handicapées mentales avec dignité et respect.

Je voudrais inviter les familles à partager votre histoire. Quelles sont les difficultés que vous rencontrez? Quel succès ont vos fils et filles atteints? Quelles solutions innovantes avez-vous été en mesure de créer? Identifiez-vous ci-dessous et laisser des commentaires ou raconter votre histoire. Les gens sont à l'écoute.

* 84% des adultes ayant une déficience intellectuelle reçoivent de l'aide pour les activités quotidiennes comme la préparation des repas, les courses, les finances personnelles, les travaux ménagers, les soins personnels et ainsi de suite. Parmi les personnes ayant un handicap qui reçoivent de l'aide de ces activités, les membres de la famille sont les principaux fournisseurs d'aide dans 83% des cas.

Sources: Statistique Canada. (2010). La participation et les limitations d'activités de 2006: tableaux (partie VI). Ottawa: ministre de l'Industrie, des données non publiées de l'Institut pour la recherche et le développement sur ​​l'inclusion et la société - IRIS.

Pour plus d'informations sur les soutiens aux familles s'il vous plaît voir la carte 2010 du Rapport national sur l'inclusion de l'ACIC.

Traduit en utilisant Google Translate