Skip to main content

Skip to main navigation

Participez à la conversation
Partager
Texte: Petit / Large

Comme Hawley Case touche à sa fin, de sérieuses questions demeurent

 

Jamie Hawley

 

Pour diffusion immédiate
14 février 2013
Toronto



Un jury de l'Ontario a décidé aujourd'hui de faire une déclaration de culpabilité d'homicide involontaire dans la mort de famine de Jamie Hawley. Jamie est mort en 2008 aux mains de Jerry Hawley-son frère et tuteur légal. Jamie est mort dans des conditions terribles de négligence qui indiquaient une longue période de famine et la souffrance. Traitement répulsif de Jamie à la main de son frère est un wake-up call pour les Canadiens que les personnes handicapées sont confrontées à un risque accru de violence et de négligence et que la société a la responsabilité de signaler les soupçons et les inquiétudes.
 
Alors que les familles et les communautés que nous pleurons la mort de Jamie Hawley, un homme qui avait tant de choses à partager avec le monde. Même pour ceux qui ne le connaissaient pas personnellement, la mort de Jamie expose les vulnérabilités qui nous émeuvent profondément. La mort de Jamie appelle une attention urgente aux dangers de l'isolement et soulève de sérieuses questions sur les rôles et responsabilités des individus, des communautés et des systèmes pour protéger un autre bien-être.

 
Laurie Larson, président de l'Association canadienne pour l'intégration communautaire (ACIC) a déclaré, "En tant que mère de deux fils handicapés, ce crime épouvantable atteint trop près de la maison. Mes fils sont dehors et impliqués dans leur communauté beaucoup. Les gens voient eux, les connaître et prendre soin d'eux. Si tout à coup ils n'ont pas été vus autour, serait-on fait l'enregistrement? Je ne connais pas la réponse pour certains, mais la possibilité de ne prendre des mesures vraiment, me dérange vraiment. "
 
Alors que l'ACIC est découragé par la décision du jury font une condamnation pour une infraction moindre d'homicide involontaire coupable, il va suivre le dossier pour voir ce que la peine reflète la gravité du crime et la justice pour Jamie. Jerry Hawley avait initialement plaidé non coupable à l'accusation d'assassiner au deuxième degré et, plus tard dit à la cour qu'il allait plaider coupable à l'accusation réduite d'homicide involontaire. CACL se félicite de la Couronne pour procéder à une accusation d'assassiner au deuxième degré, malgré le plaidoyer changé.
 
Guidé par la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées, l'ACIC s'engage à assurer que les personnes handicapées jouissent des mêmes droits à vivre dans des collectivités sûres et inclusives, libres de toute exploitation, la violence et les mauvais traitements et doivent bénéficier de l'égalité de la justice si ces droits sont violés .

"Il est essentiel que la peine envoie un message fort sur l'aversion de la société pour de tels crimes", a déclaré Michael Bach, vice-président exécutif. "Il est tout aussi essentiel que nous passons à interroger comment la mort de Jamie aurait pu être évité et comment les choses allaient si mal tourné."
 
Avec la responsabilité pénale ayant été établie par les tribunaux, de sérieuses questions demeurent quant à la façon dont la mort de Jamie aurait pu être évité. Beaucoup se sont demandés comment la souffrance de Jamie a pu se poursuivre pendant si longtemps inaperçu. Sa mort expose les défaillances à tous les niveaux qui ouvrent un espace d'apprentissage critique sur la façon dont nous pouvons mieux garantir et protéger les droits des personnes. Comme société, nous devons trouver de meilleures façons de prévenir les abus, la négligence et l'exploitation des personnes handicapées tout en assurant en même temps que la dignité et la liberté des personnes sont protégés.
 
Larson demande, "Comment pouvons-nous arriver à un point qui dépasse la simple acceptation de la communauté pour être sûr que les gens se soucient assez pour agir lorsqu'ils soupçonnent quelqu'un pourrait être en danger?"
 
Laurie Larson est disponible pour les demandes des médias ou des entrevues, pour plus d'informations contacter l'Association canadienne pour l'intégration communautaire à inform@cacl.ca ou 416-661-9611.

Pour télécharger une copie de ce communiqué de presse et d'autres par l'ACIC voir notre ACIC dans la section Nouvelles de notre site Web

Traduit par Google Translate